Nederlands Nederlands 

Trucs & Astuces AutoPress
L'entretien de la voiture

Abonnement Gratuit
Colophon
AutoPress en Favoris
Contactez AutoPress
Assurances auto
 
                            
 

 

Trucs et astuces pour l'entretien de votre voiture


En été, pour enlever les mouchettes sur la carrosserie ainsi que sur le pare-brise , il suffira de placer votre éponge a l'intérieur d'un bas nylon féminin, les mouchettes s'enlèveront sans effort et sans frais de produit supplémentaires.

Entretien des jantes : préférez l'utilisation d'un produit ménager conçu pour salles de bain, il n'attaquera pas vos jantes et se révèle tout aussi efficace. De plus, son prix d'achat est de 3 à 4 fois moins cher que les produit spécialisés pour jantes.

 

A faire vous-même 


Vérifiez le niveau d'huile (tous les 1.000 km)


Il est normal que le moteur consomme de l'huile. Pour une voiture neuve, cette consommation peut même atteindre 1 l/1.000 km. Un contrôle régulier du niveau d'huile est donc indispensable.

Vérification du niveau d'huile moteurSi le moteur doit être soumis à des sollicitations particulièrement élevées, comme par exemple l'été lors de longs parcours sur autoroute, en cas de traction d'une remorque ou dans des cols en montagne, le niveau d'huile doit être maintenu le plus près possible du repère maxi.

Ne dépassez jamais le repère maxi lorsque vous faites l'appoint.
Les moteurs à haute technologie équipant nos voitures nécessitent une huile répondant à des normes bien précises"' (le respect de ces normes doit figurer sur le bidon De la bonne qualité de l'huilemoteur dépend le fonctionnement impeccable et la longévité du moteur.
 
Certaines motorisations bénéficient d'un programme d'allongement des intervalles entre les entretiens (2 ans/30.000 ou 50.000 km maximum), grâce notamment à l'utilisation d'une huile spéciale. Lors d'une vidange ou d'un appoint d'huile, il est absolument vital pour ces véhicules d'utiliser une huile conforme à la norme afin de ne pas endommager le moteur.
Aucun additif ne peut être mélangé aux huiles-moteur. Les avaries provoquées par ces produits sont exclues de la garantie.
 
Roulez "gonflé» !


Les pneus sont la seule liaison entre la voiture et le sol. Ils sont les garants tout à la fois de la tenue de route et de l'agrément de conduite, de votre sécurité et de votre confort. Il importe d'en vérifier régulièrement l'état et la pression. Une pression de gonflage trop basse a un effet négatif sur le comportement routier du véhicule et en plus, elle diminue la longévité des pneus.
 
Un pneu sous-gonflé est soumis à un travail de flexion plus important et s'échauffe donc trop. Cela peut provoquer un décollement de la bande de roulement et même l'éclatement du pneu.
 
Le sous-gonflage est également synonyme de consommation plus élevée étant donné le travail plus important à fournir pour vaincre la résistance supérieure au roulement.
 
Attention ! Les pressions recommandées s'appliquent à des pneus froids. La pression augmente avec l'échauffement du pneu. Si vous vérifiez la pression après avoir parcouru plus de 2 à 3 km à allure réduite, considérez que pour être correcte, elle doit déjà être supérieure de 0,2 à 0,3 bar à la pression conseillée.
Il est recommandé de contrôler la pression des pneus tous les quinze jours et avant tout long trajet.
 
Contrôlez le liquide de frein


Vérification du liquide de freinLiquide de frein dégradé : danger !
Il ne faut pas perdre de vue une chose très importante ‑ le liquide de frein «vieillit mal» du fait qu'il est «hygroscopique». En d'autres termes, il absorbe l'humidité de l'air, et cela bien qu'il se trouve dans des récipients, conduites et cylindres fermés. Cette humidité traverse effectivement les parois des conduites flexibles, perméables aux vapeurs d'eau, ou pénètre dans le système par le trou d'aération du réservoir d'expansion. C'est ainsi qu'un liquide de frein initialement vierge de toute présence d'eau en absorbe 2 à 3 % par an.
 
Plus de freins !
Lors du freinage, le frottement provoque un échauffement important. Cette chaleur se communique au liquide de frein. Il en résulte une augmentation de sa température qui peut atteindre 180' C. Si sa teneur en eau est élevée (elle augmente au fur et à mesure du vieillissement du liquide), le liquide de frein se met à bouillir. Contrairement au liquide, les bulles ainsi formées sont compressibles et ne peuvent de ce fait plus transmettre de pression de manière ferme. La pédale de frein devient spongieuse et finit par «aller au plancher» sans plus offrir la moindre résistance : dès ce moment les freins ne répondent plus !
 
Quelques conseils.
Utilisez exclusivement du liquide de frein de qualité supérieure. Contrôlez‑en régulièrement le niveau et faites l'appoint si nécessaire.
Pour garantir un fonctionnement parfait du système de freinage, ce niveau doit toujours se trouver entre les repères «max» et «min». S'il baisse brusquement en peu de temps, une simple remise à niveau ne suffit pas car cela indique un manque d'étanchéité quelque part dans le système de freinage (un élément en caoutchouc endommagé, une conduite flexible détériorée ou un raccord non étanche). De tels dégâts doivent être réparés sur le champ par votre concessionnaire.

Le liquide de frein doit être vidangé tous les 2 ans.
Différer le remplacement du liquide de frein représente une économie qui peut coûter très cher !
 
Contrôlez le liquide de refroidissement


Contrôle du liquide de refroidissementQuand l'eau devient glace, gare à la casse !
Lorsque l'eau gèle, la glace ainsi formée occupe un volume plus important... de 9,1 %. « Emprisonnée », elle exerce sur les parois qui la retiennent une pression suffisante pour faire éclater du granit et, a fortiori, un radiateur voire un bloc‑moteur !
 
Le remède ? C2H602 !
Il s'agit de la formule chimique de l'éthyleneglycol utilisé comme antigel dans les moteurs. Un mélange de 40 % d'antigel et de 60 % d'eau, comme c'est généralement le cas pour le liquide de refroidissement des moteurs, offre une protection jusqu'à environ ‑25'C. Le point de congélation peut même être reculé jusqu'à ‑ 40' C lorsque la concentration d'antigel atteint 60 %. Augmenter encore cette proportion ne sert à rien et peut même être dommageable.
 
Antigel, mais aussi...
L'antigel est composé de 93 pour cent de glycol, 5 pour cent d'inhibiteurs et 2 pour cent d'eau (servant à maintenir les inhibiteurs sous forme de solution). Ces inhibiteurs, au nombre de 6 ou 7, tapissent les éléments du radiateur et les canalisations du circuit de refroidissement du bloc moteur d'une fine pellicule protectrice maintenant en suspension les saletés, les particules de rouille et le calcaire éventuellement présents dans le circuit. Celui‑ci reste propre et on évite ainsi le risque d'obstruction. Les inhibiteurs empêchent par ailleurs la formation de mousse. Les produits utilisés à l'heure actuelle permettent aussi d'éviter la corrosion.

Autre avantage de l'antigel : il relève le point d'ébullition du liquide de refroidissement. Cela améliore son pouvoir de refroidissement et le moteur peut atteindre une température plus élevée sans risque de dégâts. Remplacer le liquide de refroidissement par de l'eau ou y rajouter de l'eau après l'hiver n'a de ce fait aucun sens et peut même s'avérer vraiment néfaste pour les moteurs actuels soumis à d'énormes contraintes.
 
Contrôle du niveau.
Le système de refroidissement est exempt d'entretien dans des conditions normales d'utilisation. Le circuit est rempli à l'usine d'un mélange longue durée qui ne doit pas être remplacé.
Pour un fonctionnement impeccable du système de refroidissement, le niveau du liquide doit être maintenu au niveau exigé. Ce dernier doit donc être vérifié régulièrement à froid et l'appoint fait le cas échéant. En cas d'anomalie, il ne suffit pas de faire l'appoint de liquide de refroidissement. Consultez rapidement votre concessionnaire.
 
Attention ! Si l'antigel de votre véhicule est «rose», on ne peut jamais le mélanger avec de l'antigel «bleu». Consultez votre distributeur garagiste pour un appoint éventuel.
 
Laver sa voiture: plus important qu'on ne le croît!


La peinture d'une voiture : bien plus qu'une simple décoration...
Laver sa voitureSi la peinture a un rôle décoratif ou de sécurité (visibilité), elle sert également à protéger la carrosserie contre les agressions que sont la pollution atmosphérique industrielle, le sable, les projections de gravier et le sel de même que l'important rayonnement ultraviolet, les fortes variations de température, l'énergie de rayonnement importante et le haut degré d'humidité caractéristiques de certains climats particuliers.
 
... elle mérite toute notre attention
Si les constructeurs font d'immenses efforts pour rendre leur peinture résistante à ces facteurs externes, c'est à vous qu'il incombera de l'entretenir. Cet entretien commence évidemment par le lavage.
 
Pourquoi laver sa voiture ?
Le simple fait de la laver permet en effet de détecter en temps voulu un éclat de peinture, etc. et d'y porter remède avant que le mal ne s'aggrave.
 
En dehors de cela, laver sa voiture :
- en augmente le confort. Une voiture brillante réfléchit mieux les rayons solaires. En été, cela peut se traduire par une température inférieure de 2 à 3' C dans l'habitacle (une différence «appréciable» surtout si la voiture est de couleur sombre);
 
- permet d'éviter que la peinture ne soit involontairement rayée. Une voiture sale invite aux «graffiti ». Même si l'intention n'est pas mauvaise, il suffit d'un grain de sable dans la saleté pour que le mal soit fait,
 
- la rend plus sûre. Une voiture propre se voit mieux la nuit... et permet de mieux voir (phares et vitres propres),
 
- permet, en combinaison avec les autres mesures d'entretien, d'éviter le vieillissement de la peinture et d'augmenter la valeur de revente du véhicule.
 
Remarque : même si vous n'avez pas l'intention de laver votre voiture, éliminez au plus vite toute déjection d'oiseau. Celles‑ci sont particulièrement «mordantes» pour la peinture.

Pour garantir une bonne visibilité, il est indispensable de nettoyer également la face intérieure du pare‑brise. Il s'y forme effectivement un film gras, imperceptible à première vue, mais pouvant former un écran opaque lorsque le soleil est de face.

Après un hiver rude, faire nettoyer le moteur et contrôler le soubassement du véhicule n'est pas un luxe. Cela permet d'en éliminer la boue et les restes de sel et de reconstituer les protections anticorrosion.

La boue séchée présente dans les coins et autres petits creux absorbe à nouveau de l'humidité lorsqu'il pleut et, combinée à des composants chimiques agressifs, s'attaque à la tôle s'il y a la moindre faille dans la couche protectrice. Le sel se met également à «mordre» le moteur. Par ailleurs, la boue accumulée sur le moteur entrave la ventilation de certains organes et la dissipation de la chaleur. Un moteur propre permet aussi de repérer facilement une éventuelle fuite d'huile.
 
Mieux vaut prévenir que guérir
Pour protéger la carrosserie à long terme, il est nécessaire de la traiter au moyen d'une cire appropriée.
La pellicule de cire ainsi apposée doit être renouvelée de temps à autre. Toutes les 2 à 3 semaines s'il s'agit de cire ajoutée au produit de lavage, tous les 2 à 3 mois ‑ et certainement deux fois par an ‑ si l'opération est faite à la main. La meilleure façon pour savoir si un nouveau «traitement» est requis consiste à verser de l'eau sur la carrosserie. Si elle «perle», la peinture est encore suffisamment protégée. Si elle «ruisselle», il est temps de se remettre à l'oeuvre.
 
Attention !
On ne peut pas appliquer n'importe quelle cire sur n'importe quelle peinture. De même, il ne faut pas confondre cire et produit de lustrage,
Ce dernier, qui ne doit être utilisé que lorsque la peinture est ternie afin de lui rendre son brillant, contient en effet des agents abrasifs plus agressifs. Votre distributeur vous renseignera le produit adéquat.
 
Encore un conseil :
une fois le produit appliqué, le brillant le plus uniforme s'obtient :
- par des mouvements circulaires pour les peintures claires et métallisées,
- par des mouvements longitudinaux par rapport à la voiture, y compris pour le toit, le couvercle du coffre et le capot dans le cas de peintures foncées non métallisées.


Retour à la page des Trucs et Astuces auto

Retour au sommaire des Trucs & Astuces auto

       
  Interviews Rubriques Pratique
       
  AutomoBelles Essais autos Petites annonces autos & motoss
  Roue Libre Essais motos Panneaux de signalisationn
    Assurances auto Contrôle techniquee
    Concept Cars Trucs & Astucess
    Sur les bancs de l'Eco Voitures de l'annéee
      Importateurs autos et motoss
       
Abonnement Gratuit à la newsletter AutoPress

 
 

Remonter

 


 


Copyright 2002-2014 (C) All Right Reserved by AutoPress - Created, Powered & Designed by Marc Lebrun Home || Conditions Générales || Contact || Partenaires || Colophon  
Website templatesBusiness directory UKYellow pages USWebsite design companyWeb design directoryWeb design directory AustraliaWeb design directory CanadaFree cars / automotive web templates
Toute utilisation ou reproduction - même partielle - du contenu de ce site sans autorisation préalable de l'éditeur est strictement prohibée et illicite