Home              > Recommandez Autopress              > Autopress dans vos favoris

> Inviter un(e) ami(e) à s'abonner gratuitement >                            Nederlands  English  Deutsch

Le webzine automobile belge

 

 

FORUM DE SATISFACTION AUTOMOBILE SUR AUTOPRESS

Faîtes le savoir. Content ou mécontent de votre voiture ? > Exprimez-vous >

   

             20-01-2018

Google   Web     autopress                Programmes TV consacrés à l'actualité automobile

 

 
 2005 North American Auto Show Detroit

 

 

KIA

MESA : le concept de grand SUV présenté au Salon de Détroit 2005

Dessiné par le Centre de Design Kia de Californie, aux USA, le MESA (nom de code KCD-II) a été l’une des grandes attractions du Salon International de Détroit 2005 car il symbolise ce que pourrait être l’avenir du segment des SUV : des modèles offrant 6 à 7 places intérieures sur trois rangées de sièges.
Ce grand SUV Kia MESA a été conçu sur une plateforme à empattement long pour donner une priorité aux passagers, baignés de lumière par les deux toits en verre longitudinaux. Coté gabarit, il sait se contenir avec une longueur de 4,877 m, une largeur de 1,907 m, et une hauteur de 1,974 m. Quant au look, son modernisme est évident et facilement transposable sur des modèles de production à venir…

 

Haut de page

 


 

 

BMW au Salon de Detroit (NAIAS) 2005.

• Première mondiale : BMW série 5 équipée des nouveaux six cylindres et de la transmission intégrale en option.
La BMW série 5 gagne en attrait : avec les nouveaux six cylindres innovants et le système intelligent de transmission intégrale xDrive en option, la célèbre gamme BMW tant prisée réaffirme son ambition de leadership face à la concurrence. Les nouveaux modèles Touring 523i et 530i viennent compléter la gamme des six cylindres de la série 5.


• Première de la série 5 Touring aux Etats-Unis.
La 530xi Touring combine sportivité, fonctionnalité et confort, ainsi qu’une habitabilité généreuse. Avec encore plus de place à l’arrière, un coffre modulable dont le volume varie de 500 à 1615 litres ainsi que des fonctionnalités comme le xDrive avec HDC (Hill Descent Control), le toit panoramique coulissant, l’affichage tête haute et l’éclairage directionnel adaptatif, la Touring constitue une catégorie à part.


• Lever de rideau sur la nouvelle M5.
La nouvelle M5, le modèle le plus puissant de la série 5 à ce jour, est présentée à Detroit au public américain. Equipée d’un moteur V10 développant une puissance de 507 ch, un couple de 510 Nm et une boîte SMG à sept rapports, elle redéfinit les limites de la berline sportive
adaptée au quotidien.


• BMW H2R : la chasse aux records pour la propulsion à l’hydrogène.
Avec ses neuf records de vitesse, le véhicule BMW H2R, propulsé à l’hydrogène, a apporté la preuve du potentiel inhérent à la voiture équipée d’un moteur à combustion fonctionnant à l’hydrogène. La base mécanique de ce prototype est le moteur à combustion douze cylindres emprunté à la BMW 760i, qui développe plus de 210 kW/285 ch lorsqu’il fonctionne à l’hydrogène. La BMW H2R atteint ainsi une vitesse de plus de 300 km/h et passe de 0 à 100 km/h en 6 secondes environ.


Une première mondiale : série 5 avec transmission intégrale.
A Detroit, BMW présente pour la première fois au public mondial les deux modèles 525xi et 530xi équipés de transmission intégrale, chaque modèle étant proposé en version berline et Touring. Grâce au système xDrive, le conducteur peut, si besoin est, utiliser les avantages de la transmission intégrale, sans être pénalisé par les inconvénients de nombreux systèmes de transmission intégrale. Alors que les systèmes conventionnels de transmission intégrale ne réagissent que lorsque les roues patinent déjà, le xDrive s’active avant même que le glissement ne se produise. En quelques fractions de seconde, un embrayage multidisques piloté par l’électronique, répartit la force motrice entre les deux essieux, ce qui est optimal pour la traction, l’agilité et la stabilité de conduite.


Innovations à l’état pur : les nouveaux six cylindres.
BMW présente aussi à Detroit une nouvelle famille de groupes moto-propulseurs qui fixent de nouvelles références en matière de construction de moteurs : le nouveau six cylindres en ligne à essence. Il est plus puissant, plus sobre et plus léger que son prédécesseur et devient ainsi le six cylindres le plus léger de sa catégorie.


Outre la nouvelle distribution entièrement variable VALVETRONIC, les innovations marquantes dans cette nouvelle famille de moteurs comprennent le carter moteur en composite magnésium/aluminium, les arbres à cames de construction légère, la pompe à eau électrique, la pompe à huile pilotée, l’entraînement mono-courroie et le couvre-culasse en magnésium.


Les nouveaux moteurs succèdent aux moteurs six cylindres de 2,2, 2,5 et 3,0 litres de cylindrée utilisée jusqu’à ce jour. Le moteur de base de la 523i sera le moteur 2,5 litres développant 130 kW (177 ch) et un couple maxi. de 230 Nm. Dans la 525i, le moteur 2,5 litres développe 160 kW (218 ch) et dispose du couple maxi. de 250 Nm entre 2 750 et 4 250 tr/mn.


Le 530i sera le top-modèle. Son six cylindres de 2 996 cm3 de cylindrée, qui monte allègrement en régime, développe 190 kW (258 ch) à 6 600 tr/mn, son couple maxi. de 300 Nm étant disponible entre 2 500 et 4 000 tr/mn.


La nouvelle génération de moteurs apporte aux clients plus de puissance et plus de couple sur une plage de régime plus large, ainsi qu’une grande sobriété. En moyenne, il en résulte une réduction de la consommation de sept pour cent environ par rapport aux modèles précédents. La 523i atteint une vitesse maximale de 235 km/h, la 525i pointe à 245 km/h et la 530i est bridée électroniquement à 250 km/h. Aux Etats-Unis, BMW proposera les modèles 525i/525xi et 530i/530xi comme berline et la 530xi en version Touring.


Début aux Etats-Unis : la série 5 Touring.
Au Salon de Detroit (NAIAS) 2005, BMW dévoile au public américain la nouvelle série 5 Touring sous la forme de la 530xi. Elle combine la sportivité, la fonctionnalité et le confort associés à une habitabilité généreuse.


Elle propose de plus des fonctionnalités comme le xDrive avec gestion de la motricité en descente (HDC), le toit panoramique coulissant, le visuel tête haute et l’éclairage directionnel adaptatif.
La nouvelle BMW série 5 Touring a progressé de 38 millimètres en longueur, 46 millimètres en largeur et 23 millimètres en hauteur par rapport à sa devancière. Cette augmentation est surtout sensible dans l’habitacle qui devient plus spacieux.


On option, le hayon se ferme et s’ouvre automatiquement par une simple impulsion sur une touche intégrée dans la clé du véhicule. Le coffre modulable est également accessible par la lunette arrière qui s’ouvre séparément.


Le volume de chargement va de 500 à 1615 litres lorsque la banquette arrière est rabattue et que la voiture est chargée jusqu’au toit – 90 litres de plus que sur le modèle précédent.


Première américaine pour la nouvelle BMW M5.
Le nec plus ultra dans le monde des berlines de sport porte un nom : M5.
Le nouvel athlète à l’esthétique discrète est le modèle le plus noble et le plus puissant qui ait jamais existé au sein la série 5 : cinq litres de cylindrée, dix cylindres, 507 ch (373 kW) de puissance, 520 Newtons-mètres de couple et des régimes dépassant les 8 000 tr/mn.

 

La M5 dispose du concept de transmission le plus innovant, du meilleur rapport poids/puissance de sa catégorie, d’une excellente maniabilité ainsi que d’une parfaite aptitude au quotidien.


La boîte SMG à sept rapports est la première boîte séquentielle au monde comportant sept vitesses et offrant onze options pour les passages de vitesses grâce à la fonction Drivelogic. Le V10 est actuellement le seul groupe à haut régime équipant une berline de série et fait de la M5, la BMW de série actuellement la plus puissante. Avec un régime maxi. de 8 250 tr/mn et une puissance spécifique de 101 ch/l, le moteur en aluminium doté d’un carter semelle et du VANOS double atteint un niveau digne du sport mécanique.


Ce sont surtout les reprises et le dynamisme de conduite qui caractérisent cette voiture dotée d’une poussée impressionnante. Elle abat le sprint de 0 à 100 km/h en moins de cinq secondes, l’aiguille du tachymètre passe la barre des 200 km/h en 15 secondes environ. Cette course effrénée est bridée électroniquement à 250 km/h.


Un train roulant adapté à cette puissance énorme, doté de la commande électronique de l’amortissement (EDC), assure la sécurité active en association avec l’autobloquant M variable et le DSC proposant deux programmes de conduite au choix. Grâce au système de freinage largement dimensionné et emprunté au sport mécanique, il faut 36 mètres à la M5 pour s’immobiliser lorsqu’elle évolue à une vitesse de 100 km/h, à 200 km/h la distance de freinage est inférieure à 140 mètres.

BMW H2R : la chasse aux records pour le moteur thermique à hydrogène.
BMW présente à Detroit pour la première fois aux Etats-Unis la BMW record H2R fonctionnant à l’hydrogène. En septembre 2004, ce prototype a apporté la preuve impressionnante du potentiel inhérent à la voiture équipée d’un moteur à combustion interne à hydrogène.

 

Avec neuf records, le BMW Group a étayé sa conviction selon laquelle l’hydrogène peut se substituer aux carburants classiques sans obliger l’automobiliste à renoncer au dynamisme distinguant les voitures modernes.


Le douze cylindres du véhicule record doté d’une cylindrée de six litres est basé sur le moteur à essence de la BMW 760i et développe plus de 210 kW/285 ch. Il porte ainsi le prototype en six secondes environ de l’arrêt à 100 km/h et lui confère une vitesse de pointe de 302,4 km/h. La BMW H2R a été développé en dix mois par la société BMW Forschung und Technik GmbH et a bénéficié des résultats du développement de série du futur véhicule à hydrogène BMW développé sur la base de la BMW série 7.


La peau externe en composite renforcé par fibres de carbone et dont l’aérodynamique a été optimisée, confère au véhicule record un CX de 0,21 seulement. Tous pleins faits et conducteur au volant, la BMW H2R affiche 1560 kilogrammes sur la balance. Elle a atteint des records de vitesses impressionnants et n’a pratiquement émis que de la vapeur d’eau.


La BMW H2R a battu des records notamment dans les disciplines suivantes : 1 mile départ lancé (19,9 s), 1 mile départ arrêté (36,7 s), 10 miles départ arrêté (221,1 s).

Haut de page

 


 

 

 

VOLKSWAGEN NEW BEETLE RAGSTER - PREMIERE MONDIALE

La Beetle la plus incisive de tous les temps

Étude New Beetle Ragster avec toit surbaissé de 150 mm Grand toit « Ragtop », ligne extérieure revue, sièges baquets, espace de chargement C’est une voiture culte, un art de vivre. Plus de 800.000 personnes conduisent la Volkswagen dont le design est sans doute le plus connu dans le monde : la New Beetle. Volkswagen fait aujourd’hui la démonstration de tout le potentiel en matière de design qui habite ce modèle classique en présentant l’étude New Beetle Ragster lors du North American International Auto Show à Detroit.  Sa caractéristique principale : un toit nettement surbaissé coiffé d’un grand « Ragtop » (toit ouvrant repliant).

 

• Ragtop + proportions de Speedster. L’équipe de développement du Ragster s’est basée sur un cabriolet renforcé dont ils ont raccourci les montants A de 90 mm et pour lequel ils ont conçu un arceau de toit fixe en forme de « U » servant de cadre au ragtop. On a dès lors vite compris d’où vient le nom donné à ce « hot rod » doté d’un ragtop et aux proportions de Speedster.

 

• Nouveau design. Esthétiquement, le Ragster ouvre de nouvelles perspectives qui ne concernent pas uniquement son toit. Les ailes, les pare-chocs, les phares, les blocs optiques arrière et les jantes de 19 » en alliage léger ont également été modernisés et ont subi un traitement plus sportif. Nouveauté dans l’habitacle : des sièges baquets sportifs et rabattables, un volant sport avec un bouton de démarrage du moteur intégré (à droite) et la commande du ragtop (à gauche), la console centrale et l’espace de chargement extrêmement dégagé.

 

• Puissance ? Tout reste imaginable. Même si aucune décision n’a été prise quant à sa production en série ou quant à la motorisation qui devrait l’animer, on peut imaginer qu’un puissant moteur à essence ou un TDI débordant de couple pourrait l’équiper. Tout est possible, comme pour la « Concept 1 », l’étude qui a préfiguré la New Beetle. Elle fut d’ailleurs également présentée en son temps à Detroit qui reste une belle vitrine pour une première mondiale… Les études Volkswagen présentées à Detroit –un coup d’oeil traditionnel vers l’avenir.

 

Les présentations d’études Volkswagen en première mondiale à Detroit sont devenues traditionnelles au moins depuis celle de la Concept 1 : Volkswagen a dévoilé pour la première fois l’AAC dans le Michigan, un pick-up tout-terrain qui remporte aujourd’hui un franc succès en tant que Touareg - un tout-terrain fermé de la classe supérieure - ainsi que le Microbus, une étude de Van avant-gardiste.  L’an dernier, ce fut au tour de l’étude à transmission intégrale Concept T de faire ses débuts dans la cité de l’automobile américaine. La New Beetle Ragster perpétue cette tradition. Et qui sait ? Tout comme la Concept 1 en son temps, cette étude possède théoriquement le potentiel pour être produite en série.

 

 

Haut de page

 


 

Chrysler Firepower
Un concept car Grand Tourisme qui marie élégance et performance
La précision et la passion sont les « clés » – et les dénominateurs communs – de tous les véhicules du Groupe Chrysler. La Firepower, concept car Grand Tourisme présenté au NAIAS 2005 à Detroit, tout en restant fidèle aux caractéristiques de la marque, à savoir l’élégance et la performance, apporte la valeur client en plus.


Présenté dans une finition irréprochable, ce concept est un bel exemple de haute technologie et de design automobile tels que les apprécie et les veut la clientèle Chrysler. Convaincant parce que fondé sur la richesse des matériaux utilisés et l'amour du détail, le design trouve tout naturellement son prolongement idéal dans la motorisation (un V8 Hemi de 6,1 litres) et un châssis réalisé sur une base de Dodge Viper.


Développé par l’équipe SRT (Street and Racing Technology), le moteur est réservé aux super sportives du groupe Chrysler. La Firepower est dotée d’une transmission aux roues arrière ainsi que d’une suspension et de dispositifs de freinage dignes des voitures de sport pur-sang. Sa boîte automatique à 5 rapports et fonction AutoStick offre aussi la combinaison idéale entre performance et luxe. Les estimations Chrysler créditent la Firepower d’une accélération impressionnante : moins de 4,5 secondes de 0 à 100 km/h, ainsi que d’une vitesse de pointe de 282 km/h.
La Firepower s’appuie sur des jantes en aluminium massif de taille impressionnante (19x12 pouces devant et 20x12 pouces derrière), chaussées de pneus 275/R19 à l’avant et de 335/30R20 à l’arrière.


La carrosserie Hydro Silver Pearl dégage un impressionnant pouvoir de séduction soutenu par les accents plus sombres du carbone et par le brillant de l'aluminium poli. L’intérieur est un vibrant hommage à la tradition Chrysler de perfection esthétique et d'élégance, qui se traduit aussi dans une habile composition d’accents cuir Oyster et de détails en bois d’érable de Behr sur un fond d’Ocean Deep Blue.

 

Sièges sport revêtus de cuir, climatisation automatique et système audio de très grande qualité – le conducteur et ses passagers sont confiés à un habitacle des plus raffinés et des plus fonctionnels à la fois. Les matériaux nobles des surfaces de contact – volant, levier de vitesses, commandes, etc. – exacerbent l’esprit de luxe. La planche de bord avec ses instruments détaillés ne se contente pas de fournir au conducteur des informations de première importance, elle contribue aussi à l'élégance de l’ensemble.

Haut de page

 


 

 

Le concept car 3CC de Volvo Car Corporation :
Au-delà de la voiture, le concept de la mobilité durable

Volvo Car Corporation bouleverse nos idées sur notre utilisation de l’automobile dans le futur avec son prototype 3CC qu’il présente pour la première fois au public américain, à l’occasion du salon de Détroit 2005.

De l’extérieur, la Volvo 3CC a une forme effilée, à l’esthétique frappante et décontractée, et s’affirme avec un dynamisme qui conserve néanmoins indubitablement le cachet Volvo. Son capot dissimule un moteur électrique qui propulse sans bruit la Volvo 3CC à une vitesse maximale bien maîtrisée de plus de 135 km/h, avec une accélération de 0 à 100 km/h en 10 secondes environ – le tout, sans aucune émission polluante !

La Volvo 3CC (3,899 m de long, 1,624 m de large et 1,321 m de haut) a des dimensions semblables à celles d’une voiture de sport classique à 2 places, mais la ressemblance s’arrête là. La voiture de sport recèle en effet une surprise : elle possède une configuration "deux plus une" unique en son genre, permettant d’accueillir deux adultes à l’avant, plus un autre adulte ou deux enfants à l’arrière, grâce à une configuration du siège arrière tout à fait inédite.


Cette configuration à 3 sièges offre une expérience sans précédent pour la communication des passagers, un confort à l’arrière inégalé et une visibilité totale pour tous.
« Avec la Volvo 3CC, Volvo jette un regard entièrement neuf sur la mobilité. L’idée est que les futures générations puissent goûter aux mêmes libertés que celles que l’automobile a offertes à ma propre génération. Nous pensons qu’il est nécessaire de proposer de nouvelles façons de contribuer à réduire la pollution et l’engorgement du trafic routier », déclare Lars Erik Lundin, vice-président et directeur général du centre VMCC.

La Volvo 3CC est le fruit de l’imagination des designers, ingénieurs et commerciaux du laboratoire d’idées du VMCC en Californie. Leur mission consistait à créer un « concept à l’épreuve du futur » qui améliorerait la mobilité durable. Ils voulaient une voiture non seulement sobre, polyvalente, confortable et sûre, mais aussi stimulante à conduire et magnifique à voir.


« Nous voulons établir un lien positif avec les clients, pour susciter en eux l’envie d’être vus dans cette voiture-là » , explique Lars Erik Lundin. « Nous voulons apporter une valeur émotionnelle aux vies de nos clients en leur proposant une voiture respectueuse de l’environnement qui flatte tous les sens, et que les gens aient envie de conduire ».


En dépit de sa compacité, la Volvo 3CC a été conçue pour donner une sensation d’espace, grâce à ses lignes organiques et ses couleurs claires. À l’intérieur, l’ergonomie basée sur un plan fixe et le montant A compact créent une sensation d’ouverture, que viennent renforcer les trois panneaux translucides du toit. Les portières s’ouvrent vers le haut, et une planche de bord flottante coulisse vers l’avant pour faciliter entrées et sorties. Un système inédit de sièges coulissants rend également très aisé l’accès au siège arrière. Les pédales peuvent être réglées selon les préférences de chaque conducteur.


L’objectif de Volvo, cependant, ne se limitait pas à doter la 3CC d’une belle esthétique : le constructeur voulait aussi atteindre ses objectifs globaux de mobilité durable en en faisant une voiture très efficace. Le constructeur a réalisé cet objectif grâce à une bonne aérodynamique alliée à une grande compacité, à des matériaux légers pour la carrosserie et à un moteur électrique.


Volvo a choisi de doter la Volvo 3CC d’une structure en acier à haute résilience et de panneaux de plancher en matériaux composites disposés en sandwich, afin d’assurer à la fois sécurité et légèreté. La carrosserie est composée d’une coque en fibre de carbone d’une seule pièce. Le châssis rigide ainsi obtenu et sa suspension originale dotent aussi la voiture d’une très grande maniabilité.


« Le double plancher utilisé pour loger le système de stockage de l’électricité fait de ce modèle un concept prêt à affronter l’avenir, car sa disposition peut être modifiée ultérieurement pour un autre moteur plus sophistiqué, qu’il s’agisse d’un moteur à essence, au diesel, au biogaz ou hybride électrique », explique Ichiro Sugioka, ingénieur scientifique au centre VMCC de Californie. « À Détroit, nous mettons en vedette le moteur électrique, l’un des plus difficiles à loger dans un véhicule, pour montrer tout le potentiel qu’il offre partout où existent en abondance des énergies renouvelables convertibles en électricité ».
Des tests minutieux en soufflerie ont permis de mettre au point un excellent aérodynamisme de 30 % supérieur à celui de la nouvelle berline Volvo S40.


Avec une autonomie potentielle de plus de 300 km dans certaines conditions de conduite, le rapport couple-poids est à peu près comparable à celui du puissant modèle T5, mais de 0 à 3 500 tr/mn.
Ces performances sont obtenues avec un moteur spécialement conçu pour la Volvo 3CC, et qui est aussi un prototype. La source d'alimentation est un moteur à induction de 80kW, développant un couple de 220 Nm continu aux bas régimes, et offrant une accélération rapide. La puissance maximum, de 107 ch, est obtenue jusqu’à 12 000 tr/mn. Le moteur peut aussi être utilisé pour freiner (à un couple de 110 Nm). Pendant le freinage, l'énergie est utilisée pour recharger les batteries, d'où une prolongation de l'autonomie du véhicule. Le freinage par récupération permet de récupérer jusqu'à 20 % de l'énergie.


L’énergie électrique est générée par des piles au lithium-ion identiques à celles des ordinateurs portables modernes. Ces piles sont logées dans le plancher fin à structure en sandwich. Un ensemble de 3 000 cellules fournit entre 330 et 420 volts pour une puissance maximum de 250 ampères. Les batteries peuvent être chargées à partir de n'importe quelle prise électrique 110-240 volts, 50-60 Hz. La charge est commandée par le même système électronique d'alimentation que celui du moteur.
Le moteur pèse 50 kg et l'unité électronique d'alimentation, 30 kg. Les deux unités sont refroidies par des ventilateurs.


La Volvo 3CC est une traction avant équipée de suspensions avant et arrière à double triangulation. La suspension avant comprend des amortisseurs réglables à ressorts, montés horizontalement, qui donnent une ligne basse au capot. La suspension arrière comprend des amortisseurs réglables à ressorts montés verticalement. Grâce à la légèreté du véhicule et à la puissance du freinage électrique par récupération, les freins sans assistance sont très efficaces. La 3CC est équipé de pneus Michelin Pilot Sport 215/45 ZR18 généralement utilisés sur les voitures de course pour obtenir des performances maximales.


L’intérieur de la Volvo 3CC offre une assise dynamique et ergonomique au conducteur et au passager avant. Parmi les solutions inédites proposées, les boutons du panneau d’instrumentation ont été remplacés par des capteurs de proximité ; il suffit d’en approcher le doigt à une distance de 5 mm pour pouvoir régler éclairage, climatisation et système audio.

 

Haut de page

 


 

Nissan dévoile le concept car AZEAL au salon automobile international de Détroit 2005
Le premier concept-car réalisé dans les nouveaux studios de Nissan Design America, Inc. à Farmington Hills dans le Michigan sera dévoilé en première mondiale à l’occasion du salon international de l’automobile 2005 de Détroit, début janvier.

 

Le coupé AZEAL présente une nouvelle interprétation du concept de “sportive de poche”. Ce concept-car est un coupé d’entrée de gamme, conçu pour être abordable au plus grand nombre, tout en affichant d’excellentes performances, une forte personnalité et des lignes accrocheuses.

Nissan dévoilera également sa nouvelle gamme de Pick-Up et SUV construite sur la plate-forme avancée F-Alpha. Tous les modèles de la gamme sont des nouveautés ou des concepts entièrement repensés depuis 18 mois. Nissan propose désormais la gamme de Pick-Up et de SUV la plus récente et la plus complète parmi l’ensemble des constructeurs automobiles.

Autre nouveauté, la marque Infiniti présentera également le concept-car Kuraza. Il symbolise l’univers du design SUV d’avant-garde. Le Kuraza est à la croisée de plusieurs tendances : conçu dans la lignée du style japonais classique, le concept-car se distingue par l’usage extensif de matières naturelles, tout en offrant les dernières avancées technologiques. Pendant le salon, Infiniti dévoilera également des versions de production de son nouveau et luxueux modèle Sedan 2006 « M performance».

 

Haut de page

 


 

 

Le concept Mazda MX-Crossport en première mondiale au Salon de Detroit 2005
MX-Crossport lève le voile sur un possible futur de son design


Mazda a présenté en première Mondiale au Salon automobile de Detroit (NAIAS 2005 ou North America International Auto Show) son nouveau concept car MX-Crossport. Le design très novateur de celui-ci, devait surprendre les visiteurs du salon américain. Il annonce une nouvelle direction stylistique caractérisant la future nouvelle génération de produits.


Le MX-Crossport a été conçu au centre de design de Mazda à Hiroshima. Il s’agit d’un véhicule de type "crossover", mêlant caractère, sportivité et style, et s’inspirant de la personnalité d’une Mazda RX-8 tout en adoptant les aspects pratiques d’un SUV.

Un concept qui repousse les frontières
Le design est devenu l’un des éléments majeurs caractérisant tous les produits Mazda ; sur ce plan, le MX-Crossport est véritablement un prototype. Iwao Koizumi, chef designer et concepteur de Mazda6, surnomme ce concept un "briseur de frontières" pour Mazda, car à ses yeux, il marie l’image sportive et athlétique des plus belles Mazda sportives, avec la robustesse d’un SUV. Le résultat est un véhicule capable d’emmener Mazda et son image symbolique "Zoom-Zoom" sur un chemin où la marque ne s’est jamais encore aventurée.


Les lignes du MX-Crossport évoquent le mouvement et la vitesse. Elles soulignent l’esprit sportif tout en présentant beaucoup d’éléments novateurs qui crée une atmosphère des plus confortables avec un espace bien pensé.

Des lignes sportives et puissantes
Les dimensions globales de ce nouveau concept reflètent son image sportive. Long de 4 630 mm, le MX-Crossport est compact, agile et relativement peu encombrant par rapport à d’autres produits phares du segment émergeant des crossovers. De même, sa hauteur de 1 630 mm est loin de ce que l’on mesure chez les SUV traditionnels de taille moyenne, tel que le Mazda Tribute.


Pourtant, son aspect sportif et robuste est particulièrement accrocheur. Cela grâce à une parfaite proportion entre la largeur assez importante, 1 930 mm et de grandes roues de 20 pouces chaussées de pneus 275/45R 20, des porte-à-faux avant et arrière très courts combinés à un empattement plutôt long, 2 795 mm.


Vu de l’avant, les caractéristiques clefs de ce design comprennent des lignes marquées courant le long du capot depuis les piliers A et s’achevant autour de la grille de calandre. Ces lignes fortes contrastent adroitement avec les ailes avant très proéminentes. De plus, la grille de calandre, plus basse et assez grande, est un nouveau point commun aux modèles sportifs de Mazda, apparu sur la RX-8 et la récente version MPS de la Mazda6.


MX-Crossport démontre également à quel point les vitres latérales deviennent un élément dynamique majeur du design Mazda. Ici, la ligne de pavillon est opposée à une ligne de caisse plus forte qui remonte au moment d’atteindre l’aile arrière. Cette ligne de caisse très marquée ainsi que le rétrécissement des vitres arrière au-dessus des ailes, sont des éléments esthétiques clefs reflétant l’image sportive. En harmonie avec le rétrécissement des vitres, l’habitacle se cintre lui aussi vers l’arrière.


Les ailes arrière du concept MX-Crossport atteignent pour leur part leur volume maximal juste au-dessus des roues. Elles répondent de cette manière aux grandes jantes de 20 pouces dont le design original, à cinq branches, est basé sur un dessin utilisé par Mazda il y une dizaine d’années sur une autre création de Iwao Koizumi, un concept car précurseur de la RX-8 appelé RX-01.


En observant le véhicule de l’arrière, on remarque immédiatement l’habitacle qui se resserre, les ailes formant une « carrure » impressionnante et la forme ronde des feux. Sans parler d’un autre trait commun aux Mazda sportives, le dessin du bouclier arrière intégrant les sorties d’échappement.


De l’extérieur, tous les observateurs constateront le soin apporté aux détails du MX-Crossport, de l’intégration de l’échappement à la forme cylindrique des projecteurs frontaux et des feux. Même le crochet de remorquage s’escamote parfaitement dans le bouclier pour n’être visible que s’il est utilisé.
La couleur du MX-Crossport - un nouveau coloris appelé "Rouge K2" - est également un élément distinctif de ce concept. Elle rappelle la couleur du sol de la célèbre Monument Valley américaine. Cette évocation forte d’un endroit magique au fin fond de l’Utah forme un contraste avec les couleurs lumineuses et modernes de l’intérieur.

Un habitacle sportif et futuriste
L’intérieur du concept MX-Crossport se devait, comme l’extérieur, de traduire visuellement le thème sportif Zoom-Zoom en y ajoutant la notion de qualité perçue et de raffinement. A l’image de tous les intérieurs Mazda, l’habitacle du MX-Crossport offre à la fois confort et plaisir de conduire, l’accent étant mis sur la conduite.


Si l’habitacle semble compact de l’extérieur, il n’en va pas de même à l’intérieur et cela grâce au talent des designers. En l’effet, l’habitacle du MX-Crossport est spacieux, lumineux et moderne. L’une des clefs de cette impression d’espace réside dans le concept de sièges "flottants" : chaque siège est arrimé au plancher par un pied central et se règle grâce à un "monorail" sur le plancher. Revêtus de cuir semi aniline, décorés d’une ligne centrale noire et équipés de ceintures de sécurité intégrées, les sièges sont résolument sportifs et modernes. Enfin, pour bien souligner l’aspect Hi Tech, le dos des sièges avant est habillé d’acrylique et d’aluminium et le mécanisme des ceintures avant a été stylisé et rendu visible.


De plus, lorsque les sièges arrière individuels sont repliés, ils libèrent une vaste zone de chargement facile d’accès pour les bagages les plus encombrants.
L’instrumentation du MX-Crossport est très "Mazda RX-8", avec un combiné à trois cadrans et un volant à trois branches. La zone dévolue à la conduite se caractérise par une petite visière abritant les jauges et cadrans, placée juste devant une visière plus grande qui court sur toute la longueur du tableau de bord au bas du pare-brise.


Le tout est appelé le "double toit"et fait la jonction entre espace conducteur et espace passager, unifiant ainsi tout le tableau de bord.


Dans le MX-Crossport, le ciel de toit est en verre sur presque toute la surface du pavillon, illuminant ainsi largement l’habitacle et participant à la sensation d’espace. Ce toit en verre peut facilement être réglé sur totalement transparent ou translucide et vice-versa. Le fait de pouvoir ajuster de cette manière la quantité de lumière inondant l’habitacle est particulièrement confortable.


La partie haute de l’habitacle comprend également une console de toit multi usage – idéale pour y placer des écrans vidéo arrière, idéale également pour être utilisée comme des petits compartiments vide-poches supplémentaires, etc. – parfaitement intégrée et courant sur toute la longueur du véhicule.

Affichage "Three Panel Display", pour des voyages encore plus Zoom-Zoom
En matière d’affichage d’informations, le MX-Crossport adopte l’ultramoderne système "Three Panel Display" multi usage, très intuitif et facile à utiliser. Cet affichage à trois panneaux comporte un moniteur à écran tactile de forme hémisphérique (appelé le "panneau de commande") disposé au-dessus de la console centrale, juste à droite du volant, un deuxième moniteur, l’« afficheur d’état », disposé au-dessus du premier, et un troisième, le « moniteur de loisirs et divertissements », à droite, face au passager avant.


Le "Three Panel Display" permet de gérer de nombreuses fonctions relatives à la conduite comme le diagnostic du véhicule dès la mise en route, les instructions de sécurité, la surveillance des angles morts, le guidage en manœuvres et dans les parkings, le système de navigation par satellite et les informations d’urgence et de secours. Il permet aussi d’afficher les fonctions de la climatisation, d’envoyer ou recevoir des emails et de surfer sur le Net.


Le troisième élément du système "Three Panel Display", est le moniteur dévolu au divertissement qui permet au passager avant de partager avec le conducteur les joies de la conduite. Comment ? Grâce à une étonnante "vision virtuelle". En effet, cinq caméras et un grand écran LCD de 365 x 80 mm (15 pouces) se chargent d’offrir au passager quatre vues uniques de la route : le point de vue du conducteur (Driver’s Eye View), une vue avant (Front Wheel View), une vue arrière (Rear Wheel View) et une vision basse (Super Low Angle).


Le point de vue du conducteur (Driver’s Eye View), par exemple, offre au passager une vue en temps réel sur le combiné à trois cadrans tel que peut l’observer le conducteur. La vue avant (Front Wheel View) est en réalité une triple vue puisque l’écran affiche le point de vue du conducteur et le point de vue de deux caméras situées dans les rétroviseurs extérieurs, un peu comme dans un jeu vidéo. Notons que le passager avant peut à tout moment passer au mode DVD et moniteur et visionner des films pendant les longs trajets.

Qualité, fonctionnalité et innovation intelligente
L’intérieur du MX-Crossport offre de nombreuses innovations équipements. Le levier de changement de vitesses, par exemple adopte deux positions distinctes suivant que l’on souhaite rouler en mode automatique ou manuel. Dans le premier cas, il s’incline vers l’avant pour reposer presque à plat sur la console centrale ; le conducteur sélectionne alors les rapports (marche arrière, marche avant, parking, etc.) en pressant sur un bouton situé au sommet du levier. En mode manuel, ce même levier est redressé et manipulé selon le mode "+/-" devenu traditionnel.


A noter enfin que l’habitacle a été conçu pour évoquer le mouvement, la vitesse et pour tester certains thèmes esthétiques qui pourraient être repris dans un modèle de série. Quant au coffre, il est assez vaste pour contenir trois sacs de golf qui peuvent être dissimulés sous un cache bagages électrique.
Mazda n’a pas annoncé officiellement la production d’un modèle dérivé du concept MX-Crossport. La marque ne fait toutefois pas mystère du fait qu’elle souhaite élargir sa gamme de produits destinés au marché nord-américain (sans négliger les autres régions). Dans cette optique, le MX-Crossport est une étape importante.

Haut de page

 


 

MINI au Salon de Detroit (NAIAS) 2005.

Première mondiale : les modèles MINI Cooper S avec boîte automatique.
Les fleurons de la gamme MINI équipés de la boîte automatique à six rapports avec Steptronic, parfaitement adaptée au moteur de 170 ch, séduisent de par leur agilité, leurs excellentes reprises, leurs performances routières sportives et leur confort. Que l’on passe les vitesses de manière automatique ou manuelle – cette transmission optionnelle représente la cerise sur le gâteau pour les modèles MINI Cooper S.

Blocage de différentiel : les modèles MINI Cooper S à différentiel autobloquant.
L’autobloquant mécanique à glissement limité procure à la MINI Cooper S un surplus de motricité et lui permet des vitesses plus élevées en virage. Il évite tout patinage des roues avant, sans pour autant limiter la puissance du moteur.

La MINI poussée à l’extrême – The Italian Job Stunt Track.
Après le grand succès du film «The Italian Job» («Braquage à l’italienne») au cinéma, la MINI se lance dans une autre aventure «The Italian Job Stunt Track» présentée dans le parc d’attractions Paramount’s Kings Island. Assis dans des véhicules imitant la MINI Cooper S Cabrio, les visiteurs vivent un parfait mélange entre les effets spéciaux hollywoodiens et les fortes sensations d’un tour en montagnes russes.

Concentré de puissance : le kit de préparation de John Cooper Works.
Le nouveau kit de préparation signé John Cooper Works fête sa première aux Etats-Unis. Ce «régime survitaminé» portant la puissance à 154 kW (210 ch) pour un couple maxi. de 245 Nm fait de la MINI Cooper S une véritable machine à piloter. Ainsi, elle abat le sprint de zéro à 100 km/h en 6,6 secondes et atteint une vitesse maxi de 230 km/h.

 

Haut de page

 


 

NAIAS 2005

  •  

Jeep® Gladiator
Ce Super Utility Truck incarne la tradition Jeep d’innovation, de fonctionnalité et de robustesse

Jeep® est synonyme depuis toujours de tout terrain et de fonctionnalité. Son nouveau concept car, le Gladiator, maîtrise parfaitement l’offroad et franchit tous les obstacles mais il va encore plus loin, et avec une facilité déconcertante, dans le dépassement des limites et des tabous.


Le Gladiator est un pick-up lifestyle qui présente toutes les qualités de robustesse de la célèbre Wrangler. Sa capote pliable en tissu, ses portes démontables et son pare-brise rabattable, mais aussi son espace de chargement extensible et ses rangements judicieux font de ce Super Utility Truck un compagnon d’aventures idéal pour les équipées hors des sentiers battus.


Les fidèles de la marque se souviendront que le grand pick-up truck de 1962 s’appelait aussi Gladiator. Mais le nouveau Gladiator possède d’autres caractéristiques Jeep qui combinent parfaitement mode de vie et fonctionnalité : la calandre aux sept ouies verticales, la cabine ouverte, le 4x4 Command Trac® non permanent avec différentiels avant et arrière, le treuil frontal et le bouclier de protection.


Profondément attaché à ses origines et à la tradition, la Jeep Gladiator n'en reste pas moins un pick-up moderne et intelligent pour un mode de vie actif. Jeep se distingue depuis toujours par des véhicules bien proportionnés dotés d'équipements parfaitement fonctionnels – une tradition perpétuée également par le Gladiator : il offre plus de fonctionnalité et de volume de rangement qu’on pourrait l’attendre d'un véhicule conçu prioritairement dans une optique de manoeuvrabilité et de confort de conduite.

Le Gladiator dispose d’un rangement côté conducteur ainsi que d’un espace de rangement verrouillable en avant des roues arrière. Le plateau de 1,20 m de large est extensible en direction de l'habitacle : en rabattant la banquette arrière, on fait passer sa longueur de 1,725 m à 2,026 m et même à 2,723 m si l’on rabat également le panneau arrière.


Le Galadiator est animé par un turbodiesel à rampe commune de 2,8 litres et 4 cylindres, un moteur moderne et très efficace, qui délivre 163 ch et un couple de 400 Nm. La puissance est transmise aux quatre roues par une boîte manuelle à six rapports et une boîte de transfert enclenchable conventionnelle.


Les suspensions multibras et à ample débattement à l’avant et à l’arrière permettent au véhicule d’offrir un confort de conduite optimal dans les conditions de terrain les plus extrêmes. Des amortisseurs coil-over montés sur les quatre roues garantissent une manoeuvrabilité de tous instants. Les doubles ressorts concentriques montés à l’arrière autorisent une charge utile de 680 kg sans gêne aucune pour le confort de conduite. Quant aux arguments choc du Gladiator en matière de hors-route, les voici : une garde au sol de 348 mm, un angle ventral de 23,2 degrés, un angle d’attaque de 47,6 degrés et un angle de fuite de 28 degrés. Cette Jeep est chaussée à l’avant comme à l’arrière de pneumatiques de 34 pouces de diamètre (265/75R18) montés sur des jantes de 18x8 pouces.


À l’intérieur, le Gladiator présente un design très moderne et fonctionnel à la fois. Pour les couleurs, par exemple : la tonalité générale d’Armour Green est ponctuée de touches Dark Slate Gray. Les sièges résistants aux intempéries font partie d’un concept d’habitacle extrêmement facile d’entretien. Équipé des technologies les plus modernes, intégrant GPS, système de navigation et système de communication, le Gladiator ne laisse jamais tomber son propriétaire que ce soit dans la brousse ou sur la route.

 

Jeep® Hurricane
La Jeep 4x4 la plus puissante et la plus maniable de tous les temps !
« Cette Jeep a plus d’un HEMI® dans son sac ! » 'Elle en a... DEUX ! »

Les concept cars qui décoiffent et les études qui choisissent l’extrême comme objectif sont monnaie courante au sein du groupe Chrysler. Dodge nous a donné la Tomahawk, Chrysler la ME Four-Twelve, Jeep® nous donne aujourd’hui la Jeep Hurricane – la matérialisation des nouvelles dimensions de l’automobile, visible dans toute sa prestance au North American International Auto Show de 2005 à Detroit.


Le Hurricane perpétue la volonté du groupe Chrysler de prouver sans relâche et toute marques confondues sa créativité et sa compétence technique dans la réalisation de concepts particulièrement osés.
En ce qui concerne la Jeep Hurricane, ce serait lui faire ombrage que de parler simplement de puissance – il faut dire « puissance deux » puisqu’elle est dotée de deux moteurs, deux HEMI® de 5,7 litres : un devant et un derrière ! Chacun de ces moteurs délivre 335 ch et un couple légèrement supérieur à 500 Nm. Faisons l’addition : cela donne 670 ch au total et un couple qui dépasse les 1000 Nm.


Une motorisation de l’extrême, mais aussi une motorisation de la raison et du plaisir de conduire ! La preuve ? Les deux moteurs HEMI du Hurricane sont équipés de la technique de désactivation de cylindres (Multi Displacement System, MDS) du groupe Chrysler. En clair, la Hurricane peut rouler sur 4, 8, 12 ou 16 cylindres ! En fonction de ses besoins et du choix de son pilote. Résultat : un couple phénoménal qui permet à cette Jeep de se jouer d’obstacles que d’autres 4x4 n’oseraient même pas franchir en rêve. Et cela ne l’empêche même pas d’avoir les moyens (la puissance et la traction) de passer de 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes !


La transmission a lieu via une boîte de transfert centrale et de demi arbres à commande mécanique qui transmettent le couple aux quatre roues. La suspension SLA à bras courts et longs indépendante à l'avant et à l'arrière offre un débattement de 20 pouces, contrôlé par des amortisseurs coil-over à réservoir d’huile externe.
Autres arguments tout terrain du Hurricane : sa garde au sol de 14,3 pouces ainsi que des angles d’attaque et de sortie incroyables, respectivement de 64,0 et 86,7 degrés. Presque la verticale ! Ajoutons à cette prouesse des pneus de 37 pouces et rares seront les obstacles qui pourront s’opposer à la progression de notre Hurricane.

 

La Jeep Hurricane est le seul véhicule du salon à proposer un concept de virage absolument nouveau : à savoir le rayon de braquage zéro, grâce à des roues directrices à l’avant et à l’arrière, et un système de direction intégrale qui propose deux modes de braquage : le premier, traditionnel, consistant à braquer les roues arrière dans le sens opposé aux roues avant, réduit considérablement le rayon de braquage. Le deuxième est une innovation imaginée pour le véritable hors-route : les quatre roues peuvent être braquées dans la même direction – ce qui permet au véhicule d’avancer « en crabe ». Votre Jeep se déplace alors latéralement – sans changer de cap !


La carrosserie monobloc du Hurricane est en fibres de carbone – ce qui ne lui enlève rien en solidité et en rigidité par rapport aux carrosseries conventionnelles. La suspension et la transmission sont montées directement sur la carrosserie. Une structure en aluminium sous la carrosserie assure d'une part la liaison avec le bas de caisse et agit comme panneau de protection.


Le véhicule a été dessiné de façon à offrir un maximum de stabilité et de fonctionnalité tout en restant le plus léger possible. Sans le crier sur les toits, il dit quand même franchement qu’il est une Jeep : il en a la traditionnelle calandre à 7 ouvertures verticales, les deux sièges et… l'absence de portes. À l’intérieur, le conducteur et son passager baignent dans un environnement de structures à vif, en carbone et en aluminium poli, ponctuées d’accents Black Thunder et Tiluminium.

 

Haut de page

 


 

MITSUBISHI MOTORS DEVOILE LE TOUT NOUVEAU PICK-UP RAIDER ET LE DERNIER COUPE SPORT ECLIPSE AU SALON AUTOMOBILE DE DETROIT 2005
 

Mitsubishi Motors Corporation et Mitsubishi Motors North America Inc. (MMNA) présente en première mondiale le pick-up Raider et le dernier coupé sport Eclipse lors du Salon Automobile International de Detroit 2005. Les deux nouveaux véhicules arborent des designs intérieurs et extérieurs créés par Mitsubishi Motors Cypress, le studio de design basé en Californie.

Le pick-up Raider affiche des lignes puissantes et marquées, inspirées du concept de base et du style du concept Sport Truck que l’entreprise a présenté au Salon de Detroit 2004. Propulsé par un moteur V6 3,7 litres ou un V8 4,7 litres, le nouveau Raider devrait faire ses débuts sur le marché nord américain à l’automne 2005. Il sera construit à l’usine DaimlerChrysler de Warren, Michigan.

Le dernier coupé sport Eclipse marque la quatrième génération du modèle. Caractérisé par des lignes dynamiques et une allure musclée, Eclipse offre des performances exceptionnelles, grâce à ses motorisations 2,4 litres en ligne 4 cylindres, et 3,8 litres V6, dignes héritières de la tradition sportive Mitsubishi. Eclipse doit être construite dans l’usine de production de MMNA à Normal, dans l’Illinois et lancée sur le marché nord américain pour l’été 2005.


1. Principales caractéristiques du pick-up Raider :
Moteurs 4.7 l V8 et 3.7 l V6
Transmission automatique 4 vitesses ou manuelle 6 vitesses, pour certaines finitions
Cadre acier rigide convenant parfaitement à l’utilisation pick-up
Suspension avant à roues indépendantes, avec amortisseurs; suspension arrière donnant d’excellentes performances routières tout en répondant aux exigences d’un pick-up
Habitacle étendu, avec porte arrière à charnière centrale pour utilisation occasionnelle ou double cabine.
Deux et quatre roues motrices
Technologie BluetoothR pour les communications, kit mains libres pour les portables.

2. Principales caractéristiques de l’Eclipse :
Moteur 3.8 l V6 couplé à une transmission automatique 5 vitesses avec mode sport, ou une transmission manuelle standard 6 vitesses
Moteur 2,4 l 4 cylindres en ligne avec transmission manuelle ou automatique 5 vitesses
Jantes alliage 18 pouces sur certaines finitions
Système audio Rockford FosgateR 650 Watt avec changeur encastré 6 CD, lecteur MP3, neuf haut-parleurs avec caisson de basse 10 pouces disponible.

 

Haut de page

 


 

La nouvelle Classe M Mercedes-Benz
Après sa première mondiale à l’Auto Show de Detroit, la nouvelle Classe M arrivera sur le marché des USA au printemps 2005 avant d’entamer sa carrière européenne au cours de l'été prochain.

Dotée des technologies les plus modernes incarnées notamment par trois nouveaux moteurs puissants, la boîte de vitesses automatique à 7 rapports 7G-TRONIC (de série), le système de protection préventive PRE-SAFE®, la suspension pneumatique AIRMATIC et la transmission intégrale 4ETS encore perfectionnée, la nouvelle Classe M réaffirme sa position de force dans ce segment à forte croissance inauguré par Mercedes-Benz en 1997, lors du lancement de la série précédente.

 

Comparée à sa devancière, la nouvelle Classe M s’est allongée de 150 mm et élargie de 71 mm, mais elle mesure 9 mm de moins en hauteur. L’empattement a augmenté de 95 mm et est désormais de 2915 mm.
Sur les quatre moteurs qui seront disponibles en 2005 pour le nouveau modèle tout-terrain Mercedes, trois sont des réalisations nouvelles. L’augmentation de la puissance et l’élévation du couple atteint jusqu’à 38 % par rapport aux moteurs de la série précédente. Grâce aux techniques de transmission les plus modernes et à une bonne aérodynamique (le CX est de 0,34 contre 0,39 pour l’ancien modèle), la baisse de consommation atteint dans certains cas jusqu’à 10 %.


Le moteur V6 diesel à injection directe Common Rail de la troisième génération est inauguré dans la Classe M. Il se substitue au cinq cylindres proposé dans la gamme précédente : dans le no
uveau ML 320 CDI, cette motorisation délivre 165 kW (224 ch) et fournit un couple maximum de 510 Nm dès 1600 tr/min. Le nouveau ML 280 CDI proposera également le confort et le dynamisme d’un six cylindres avec ses 140 kW (190 ch) et un couple culminant à 440 Nm. La consommation (nouveau cycle mixte européen) des modèles diesel s'élève à 9,4 l/100 km, ce qui place la nouvelle Classe M parmi les 4x4 les plus économiques du segment.

 

Autre nouveauté : le V6 essence du ML 350, d’une puissance de 200 kW (272 ch) pour un couple maximal de 350 Nm. La motorisation de pointe est le huit cylindres implanté dans le ML 500. Sa puissance atteint à présent 225 kW (306 ch).


La boîte automatique à sept rapports 7G-TRONIC, une exclusivité Mercedes mondiale, fait partie de l’équipement de série de tous les modèles de la nouvelle Classe M. Grâce à sa gestion intelligente, la boîte de vitesses exploite au mieux le potentiel de puissance élevé des moteurs tout en contribuant aux économies de carburant. Pour la première fois, la boîte 7G-TRONIC se commande par voie électronique via un levier sélecteur sur la colonne de direction – une solution technique à laquelle Mercedes-Benz a donné le nom de DIRECT SELECT. Pour passer rapidement les différents rapports, le constructeur a également prévu des touches de changement de vitesses manuel au volant.

 

Haut de page

 

 

 Autopress Directory

> Forum
Satisfaction Automobile

 

> Petites Annonces
Autos, Motos

 

> Annuaires
Autos, Motos

 

> Cartes virtuelles gratuites
Envoi de cartes autos & motos

 

> Fonds d'écran gratuits
Autos et Motos

 

> Itinéraires routiers
Mappy, Michelin, Google Maps, Let's Move

 

> Retour à l'index

AUTO PRATIQUE

> Les Importateurs Belges
> Trucs & astuces Auto
> Panneaux routiers
> Clubs automobiles
> Ecoles de Maîtrise Auto
> Dico de l'Automobile
> Les Voitures de l'Année
> Calculez le tarif des amendes
> Centres de Contrôle Technique
> On parle d'Autopress

Auto - Moto

> L'Essai Autopress
> L'Essai Minute
> L'Essai Net
> Concept Cars
> L'Actualité Automobile
> Dernière Minute
> La Sécurité Automobile
> Flash Auto
> Nouvelles
> Info
> Indiscrétions
> Revue de Presse
> Dossier
> Ancêtres Automobiles
> 4x4 & Offroaders
> Les Cabriolets
> Les Sportives
> Initiatives
> Interview
> Carburants
> Véhicules Utilitaires Légers
> Technologie & Energies Alternatives
> Mécanique
> Séries Spéciales
> Réglementation
> Librairie Automobile
> Les Salons Automobiles
> L'Agenda Automobile
> L'Actualité des deux-roues
> Corporate
> Les Archives Autopress

 

 

 

Toute utilisation ou reproduction - même partielle - du contenu de ce site sans autorisation préalable de l'éditeur est strictement prohibée et illicite