01-02-2013

 Sur le web  Sur www.autopress.be

 
 

Nederlands  English  Deutsch    | Accueil | Newsletter | Contact | Recommandez ce site| Annuaire | Livre d'Or |  

 
 

Auto - Moto

 

Auto pratique

 
Auto événements

 

 
Moto

 

 
Archives

 

Google


 

 
mécanique
 

Mis en ligne le 27/03/2007

 

Recommandez AUTOPRESS à un(e) ami(e)



TOUAREG BlueTDI

 

Touareg BlueTDI - première mondiale

 

• Jusqu'à 90 pour cent d'émissions d'oxydes d'azote en moins

• Introduction d'une nouvelle technologie de réduction des émissions en 2008

 

Volkswagen présente sur le nouveau Touareg l'un des diesels les plus propres au monde: le BlueTDI avec pot catalytique SCR. Ce catalyseur a un potentiel de réduction des émissions d'oxydes d'azote (NOx) de 90 pour cent. Le Touareg BlueTDI de 165 kW / 225 CV répond aux normes les plus sévères en matière d'émissions. Les valeurs limites actuellement les plus basses ont été définies par les états américains de Californie, du Massachusetts, de New York, du Vermont et du Maine : les normes „Tier2 Bin5“. Le Touareg BlueTDI présenté à Genève est l'un des premiers véhicules à moteur diesel à surmonter cette difficulté aussi. Aux USA en particulier, les turbodiesels tels que le V6 BlueTDI peuvent, plus que toutes les autres technologies actuelles, contribuer à réduire la consommation de pétrole et la formation des gaz dits «à effet de serre» nuisibles au climat.

 

Le lancement du Touareg à catalyseur SCR en 2008, dans le cadre de l'alliance BlueTec communément lancée avec Audi et DaimlerChrysler à la fin de l'année dernière, se fera de ce fait d'abord aux USA. C'est également en 2008 que l'entreprise y introduira un catalyseur-accumulateur de NOx (qui élimine également jusqu'à 90 pour cent des oxydes d'azote) pour les véhicules plus petits, tels que la Jetta. Ces deux systèmes techniquement sophistiqués seront aussi commercialisés en Europe peu de temps après.

 

La norme Euro 4 actuelle fixe le seuil pour les NOx à 0,25 g/km. La norme US, à laquelle répond le Touareg BlueTDI, prescrit une valeur limite de 0,043 g/km (0,07 g/mile).

 

Pot catalytique SCR (Selective Catalytic Reduction)

Réduction ciblée des oxydes d'azote

Transformation des oxydes d'azote en eau et en azote inoffensifs

 

L'abréviation SCR se réfère à l'appellation internationale „Selective Catalytic Reduction“ (réduction catalytique sélective) usuelle. „Selective“, parce que ce pot catalytique joue un rôle très particulier. Il est destiné à transformer les oxydes d'azote contenus dans les gaz d'échappement en azote et en eau sans que cela s'accompagne de la formation de sous-produits indésirables. C'est pour cette tâche hautement spécialisée précise qu'il a été développé. C'est la raison pour laquelle les véhicules comme le Touareg BlueTDI présenté pour la première fois à Genève continueront d'être équipés, en plus, d'un catalyseur à oxydation et d'un filtre à particules.

 

La transformation des oxydes d'azote s'effectue à l'aide d'une solution aqueuse d'urée élaborée synthétiquement (AdBlue, par exemple), stockée dans un réservoir supplémentaire à bord du Touareg BlueTDI. Cette substance composée à 32,5 pour cent d'urée est en permanence injectée en amont du pot catalytique SCR dans la ligne d'échappement. Le dosage est fonction du flux des gaz d'échappement; la gestion du moteur, "informée" par un capteur de NOx monté derrière le pot catalytique SCR, en assure la régulation exacte.

 

Au contact des gaz d'échappement chauds, l'urée finement pulvérisée au moyen d'un treillis se transforme en ammoniaque. Dans le pot catalytique SCR, celle-ci réagit avec les oxydes d'azote et, comme évoqué précédemment, les décompose en azote et en eau. L'additif aqueux AdBlue est inoffensif, inodore et biodégradable.

 

La consommation moyenne d'AdBlue est d'environ 0,1 litre aux 100 kilomètres. Sur base de cette consommation, la taille du réservoir a été calculée de façon à ce qu'un appoint ne soit nécessaire que dans le cadre des entretiens.

 

Modifications internes au moteur

Surveillance de chaque cylindre au moyen de capteurs uniques au monde montés dans les chambres de combustion

Pression d'injection de 2.000 bars :une première pour le système d'injection Common-Rail !

 

L'arrivée du pot catalytique SCR s'accompagne de la mise en oeuvre combinée de nombreuses mesures innovantes. Des capteurs de chambre de combustion, utilisés pour la première fois, contrôlent la pression dans les cylindres et un nouveau système Common-Rail pulvérise encore plus finement le carburant avec une pression d'injection de 2.000 bars. La combustion idéale ainsi obtenue augmente la stabilité de marche et diminue les émissions brutes.

 

La réduction des émissions brutes, particulièrement celles des NOx, "en interne" passe entre autres par des températures maximales plus basses dans les chambres de combustion et une diminution de la concentration en oxygène de l'air d'admission par la recirculation des gaz d'échappement.  Les oxydes d'azote encore engendrés malgré ces mesures arrivent dans le nouveau pot catalytique SCR où ils sont éliminés comme décrit plus haut.

 

Capteurs de chambre de combustion et Common-Rail dans le détail

Optimisation de l'injection et de la combustion grâce aux capteurs de chambre de combustion

Injecteurs piézoélectriques avec gicleurs à huit trous de conception nouvelle

 

Lorsque les ingénieurs ont commencé à développer le BlueTDI, leur premier objectif a été de continuer à optimiser la combustion de manière générale. Ceci vaut au BlueTDI de nous arriver avec une première mondiale sous la forme du capteur de chambre de combustion. Ce capteur intégré dans la bougie de préchauffage mesure en permanence la pression dans le cylindre et transmet les données au système de gestion du moteur.

 

Injection et combustion sont ainsi parfaitement pilotées pour chaque cylindre et même des variations de qualité du carburant peuvent être compensées. La combustion idéale contribue à réduire les émissions brutes. De plus, elle optimise la stabilité de marche et influence favorablement le niveau sonore.

 

Le système d'injection Common-Rail a été fortement amélioré dans le même but. Equipé d'une pompe de conception nouvelle, le dispositif génère une pression de 2.000 bars – encore une nouveauté. Les injecteurs piézoélectriques ont eux aussi été retravaillés en profondeur. Leurs gicleurs à huit trous plus petits permettent d'injecter des quantités infimes de carburant dans les chambres de combustion. Grâce à cela et à la pression plus élevée, l'injection est encore plus exacte et plus dynamique, un travail de détail avec, à la clé, l'un des plus sobres et des plus propres moteurs diesel six cylindres au monde.

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous GRATUITEMENT



Services

 
 
| Conditions générales d'utilisation | Publicité sur ce site | Contact |
 
  © AUTOPRESS 2002 - 2012 - Created & Powered by Marc Lebrun
Le site est optimisé pour une résolution d'écran de 1024 par 768 pixels