Menu HTML / Javascript : Aperçu
FacebookTwitterInstagramRejoignez-nous sur TumblrRejoignez-nous sur Pinterestemail NL
AutoPress.be    AutoPress.be  
Essai Auto
Article rédigé parBenoît Piette      Publié le
Mardi 04 mars 2020

Skoda Kamiq

Le troisième mousquetaire


 

Photos

 

Après le Kodiaq et le Karoq, l’éventail de la gamme des SUV tchèques s’ouvre au SUV compact, le Kamiq. Comme ses grands frères, son nom commence également par la lettre “K” et finit par “Q”. Cousin du VW T-Roc et du SEAT Arona, il devra affronter une concurrence assez rude.

 

Selon Skoda, dans la langue des Inuits, Kamiq signifierait “quelque chose dans laquelle vous êtes à l’aise dans n’importe quelle situation mais qui a son propre caractère”, bref tout un programme !


Comme d’habitude, les designers de Skoda sont restés dans la sobriété avec une silhouette passe-partout quoique agréable grâce à une ligne arrière légèrement fuyante. Avec ses 4,24 m de long, le Kamiq vient se placer entre le T-Roc et le Mazda CX-3.

A l’instar de bien des marques, mais qui reste une première pour la marque tchèque, les optiques avant “full LED” se dédoublent en se superposant. Très effilés, les feux de jour sont dans le prolongement de la ligne supérieure de la calandre. Le Kamiq suit aussi la mode des clignoteurs à défilement.


A l’arrière, le hayon s’ouvre électriquement (option) sur un coffre disposant d’une capacité de 400 dm³ qui atteint 1395 dm³ quand les dossiers des sièges arrière sont rabattus. A noter que le dossier du siège passager avant peut aussi être rabattu, permettant ainsi de transporter des objets jusqu’à 2,45 m de long. A noter que le coffre reçoit des crochets rabattables, une lampe à DEL amovible et qu’un filet est disposé sous sa plage arrière : bien vu !


Comme d’habitude chez Skoda, l’habitacle est spacieux. L’empattement de 2,65 m permet aux passagers arrière de bénéficier de suffisamment d’espace pour leurs genoux.

 

Avec le concept “Simply Clever”, le Kamiq peut offrir de nombreux gadgets qui simplifient la vie à bord. Citons, par exemple, des protections de bord de portières avant qui renferment aussi un parapluie, un bouchon de lave-glace qui se transforme en entonnoir, une barre de remorquage rétractable ou un grattoir pour le givre est placé dans le portillon d’essence pouvant également servir de jauge pour évaluer l’usure des pneus, etc...


La technologie se réfère à ce que l’on a découvert dans la Scala, à savoir des systèmes provenant du Groupe Volkswagen avec des écrans de 6.5” à 9.2”, le Virtual Cockpit avec la navigation “Amundsen” et même en option dix hauts parleurs ! Le Kamiq dispose aussi d’une carte eSIM qui lui permet d’être toujours en ligne avec pour assistante numérique une certaine “Laura”.


En termes de sécurité, le Kamiq comprend de série le Lane Assist, le Front Assist avec freinage d’urgence en ville, la protection prédictive des piétons et un freinage anti-multicollision.


Comme la Scala, le Kamiq peut être propulsé par trois moteurs essence d'une cylindrée de 1,0 ou 1,5 l ou par d’un diesel de 1,6 l. Une version G-Tec au CNG est également au programme.


Le moteur 1.6 TDI qui équipait notre exemplaire, développe 116 ch à 3250 rpm et un couple maximum de 250 Nm dès 1500 rpm. Il est conforme aux normes Euro 6d-Temp et dispose du Stop & Start et d’un dispositif de récupération de l’énergie cinétique. Il était accouplé à une boîte DSG7.


Sur route, le Kamiq reste sûr et ne semble pas trop être sujet au roulis. Son dynamisme lui offre un comportement très semblable au VW T-Roc avec qui il partage sa plateforme. Sa boîte DSG7 peut suivre différents mode de fonctionnement qui lui offre plus ou moins de “peps”. Le moteur ne se fait pas trop entendre néanmoins, il lui sera difficile de cacher son mode de fonctionnement.

 

Ferme sans être pour autant désagréable, sa suspension reste bien adaptée aux routes belges…


Au terme de notre essai qui s’est surtout déroulé à l’extérieur des grands centres urbains, sa consommation a tourné aux alentours de 5 l /100 km. Avec un réservoir de 50 litres son autonomie pourra donc largement dépasser les 900 km.

En conclusion, le Kamiq reprend la philosophie si chère à Skoda : il offre beaucoup de place aux familles mais laisse “l’emoción” à son cousin espagnol, le Seat Arona.

Proposé à un peu moins de 20.000 EUR en 1.0 TSI 70kW Active, notre Kamiq 1.6TDI DSG7 Style avec ses trois packs et son toit panoramique dépassait allègrement les 36.000 EUR !

 

Photos

Cliquez sur la vignette pour l'afficher à sa taille réelle

 

 

 

     
         
 
         
 
         


Passionné(e) de voitures et de motos ?

Abonnez-vous à l'un de nos réseaux sociaux ci-contre et demeurez informés en temps réel de l'actualité automobile sur AutoPress


AutoPress on Facebook  AutoPress on Twitter  AutoPress on Instagram   AutoPress on Pinterest

  AutoPress on Tumblr  AutoPress on Linkedin 



 


   Ecoutez Viva+            Viva+ sur Facebook

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Copyright 2002-2020 (C)
All Right Reserved by AutoPress - Created, Powered & Designed by
Marc Lebrun
Toute utilisation ou reproduction - même partielle - du contenu de ce site sans autorisation préalable de l'éditeur est strictement prohibée et illicite