FacebookTwitterGoogle Plusemail Rejoignez-nous
NL
  www.autopress.be
Essai Auto
Article rédigé par Bob MONARD     Publié le Lundi 15 février 2016

 

Jaguar XF 2016 : business class !

Par Bob Monard à Pamplona

 
Grande routière, la XF est apparue en 2007 et s’est écoulée à raison de 250.000 exemplaires jusqu’à cet été 2015. Revue de fond en comble, elle est désormais plus légère de 190 kg en raison de sa base en alu à concurrence de 75%. Cela conjugué à la réduction de son Cx de 0,29 à 0,26.

 

Jaguar XF 2016


Plus efficace, plus agile, plus spacieuse, plus technologique,… elle n’en est que plus belle et plus rapide.
Toute la question est de pouvoir la différencier de sa sœur aînée… Si son capot reprend les nervures de sa devancière, il accuse 15 cms de moins en longueur. Il surplombe une calandre beaucoup plus évasée et cintrée par des optiques plus effilées. Les chromes ceinturent toujours les vitres latérales et une ouïe latérale de ventilation horizontale (au lieu de verticale auparavant) s’insinue entre le joint de la portière avant à hauteur du trait supérieur de la ceinture de caisse et le passage de roue. L’arrière se montre conservateur avec pour seule innovation la cylindrée du moteur à l’extrémité inférieure droite de la malle arrière.

 

Rayon motorisations, le choix s’opère entre des 2 litres quatre cylindres essence (240 ch) et diesel (163 et 180 ch). Et entre des 6 cylindres compresseur eurosuper (340 et 380 ch) et mazout (300 ch). Avec boîte manuelle 6 rapports ou automatique à 8 paliers selon le bloc moteur. Précision : la traction intégrale peut se coupler aux motorisations essence les plus puissantes. Pour avoir pris le volant des différentes propositions, nous nous risquerons à un constat généraliste : cette XF a tout pour plaire.

 

Jaguar XF 2016

 

Outre le luxe raffiné de son habitacle dans lequel on se sent vraiment bien, c’est la polyvalence de la XF qui séduit. Bien assis dans un univers de cuir, d’alu et de boiseries nervurées en ébène gris où la garde au toit et les jambes profitent d’un généreux espace à l’arrière comme à l’avant, on en vient à se régaler de la discrétion de cette berline supérieure. Tout est feutré et rien ne semble pouvoir entacher la sérénité de l’ensemble. Qu’il s’agisse des « petits » blocs comme des gros merlins, le plaisir de (se faire !) conduire répond présent. Et de la meilleure manière qui soit. A allure posée comme à rythme plus que soutenu, le confort n’est aucunement altéré.


On est en plein Dr jekyll et mr hyde. Tantôt policée, tantôt sauvage, son dédoublement de la personnalité est des plus riches. En balade au beau milieu de région de Pamplona comme sur le circuit de Navarre, la XF ne se départit jamais de son ADN : être une Jaguar au sens noble du terme. Avec tout ce que cela sous-tend comme délectation, élégance et gracilité. Du pur plaisir à 80 km/ h comme à 250 km/h.

 

Jaguar XF 2016


Volant multifonction, sièges avant réglables électriquement, clim’ bizone, assistance électrique de direction, assistance au changement de voie, contrôle de stabilité et antipatinage électronique, freinage d’urgence autonome, assistance au freinage d’urgence, amortissement adaptatif en fonction de la vitesse, contrôle de motricité sur revêtement délicat, transfert de couple sur le train avant, régulation adaptative de la vitesse en fonction des données de navigation et des limitations de vitesse, accélération-boîte-direction-amortissement adaptatifs,…rien ne manque pour conduire voire piloter en toute quiétude. Que les geeks d’informatique embraquée se rassurent : un écran tactile de 10,2 pouces gère la bonne tenue de l’ensemble ainsi que l’info divertissement.

Jaguar XF 2016


Créée en 1922, la marque Jaguar est rachetée en 1990 par Ford qui la revend à l’indien Tata Motors dix-huit ans plus tard. Et si les produits de sa Gracieuse Majesté n’affichent plus aussi radicalement le british style d’antan, ils n’en restent pas moins d’authentiques véhicules typés : tout est lissé comme dans un manoir, l‘extravagance et le tape à l’œil sont soigneusement bannis et la somptuosité classieuse règne sans exagération aucune.


Deux regrets toutefois qui ne terniront toutefois pas le très flatteur bilan de la XF…Pourquoi la lecture tête haute s’accompagne-t-elle d’un promontoire qui se reflète dans le pare-brise ? Et pourquoi donc dans le très profond coffre de 540 litres cette affreuse barre d’alu sous la planche à chapeaux ? Elle aussi aurait mérité quelques centimètres de moquette, non ?

 

Jaguar XF 2016

Après la XE dont le terrain de jeu convie les germaines classe C, A4 et série 3, la XE vient défier les allemandes classe E, A6 et série 5. Chacune dans son segment. Pour les avoir toutes deux pratiquées, m’est d’avis que les Jaguar vont scorer. En raison de leurs différences qui font tout leur charme. Sûr que le cossu - posé et sportif - a encore de belles années devant lui. Personne n’oserait s’en plaindre, bien au contraire.


Reste les tarifs où le choix s’opère entre les déclinaisons Pure, Prestige, Portfolio et R Sport. Pour simplifier, les diesel sont négociables entre 40.350 et 63.650 euros tandis que les essence s’affichent entre 47.860 et 76.860 euros.



Les Bancs de l'Eco
AutomoBelles
Signalisation
Roue Libre
Trucs & Astuces
Car of the Year

 

 

 

 

Remonter  

 

 


Copyright 2002-2020 (C)
All Right Reserved by AutoPress - Created, Powered & Designed by
Marc Lebrun
Toute utilisation ou reproduction - même partielle - du contenu de ce site sans autorisation préalable de l'éditeur est strictement prohibée et illicite